Accueil Fleche-texte-grisActualités Fleche-texte-gris Aude-Line Dulière : Triennale d'architecture de Lisbonne
Actualités
Date de publication
16/09/22

Date
29/09 - 05/12/2022

Site Internet
www.trienaldelisboa.com/programme/triennali/2022_en

Aude-Line Dulière : Triennale d'architecture de Lisbonne

Reportage de terrain sur la culture du liège et les montados portugais présenté à la Triennale d’architecture de Lisbonne 2022, à Garagem dans le cadre de la partie “cycles” commissionnée par Pamela Prado, Pedro Ignacio Alonso.

L’industrie du bâtiment ainsi que les architectes introduisent progressivement l’utilisation du liège comme matériau d’isolation naturelle. Le liège présente d’excellentes performances thermiques et une durée de vie exceptionnelle. Les émissions qui découlent de cette industrie sont souvent inférieures(en fonction de nombreux facteurs comme le transport) à celles des isolants à base de plastique. Le liège élimine également le problème des déchets futurs. Pour couronner le tout, le liège est imperméable, ignifuge, résistant aux rongeurs et non allergène. En termes de durabilité, le liège est d’ores et déjà préférable aux formes d’isolation artificielle. Notre rêve ultime serait que l’industrie du liège se développe afin de garantir l’isolation des habitations au nord de l’Europe et réduire ainsi la consommation d'énergie et les déchets plastiques.

Cet été, notre équipe de recherche s’est rendue au centre et au sud du Portugal pour visiter les montados et les forêts de chêne-liège. Notre équipe a échangé avec des acteurs impliqués dans la culture et le traitement du liège afin de mieux comprendre les enjeux actuels de la production de liège, ainsi que l’avenir du marché et ses incidences écologiques et territoriales.

Les chênes-lièges poussent principalement dans le bassin méditerranéen sous des conditions écologiques très limitées. Le Portugal est le premier exportateur de liège, avec 62% du total mondial, qui a généré 1,2milliard de dollars en 2020. L’écosystème du montado portugais regroupe des agroforêts qui font partie intégrante du paysage et de la culture depuis des siècles. Les chênes-lièges y sont cultivés aux côtés de cultures et de bétail en liberté, ce qui apporte au sol tous les nutriments nécessaires. Un chêne-liège a besoin d’au moins 25ans, certains nécessitant jusqu’à 40ans, pour arriver à maturité et être prêt pour sa première récolte. En outre, la loi impose que le liège ne puisse être extrait que tous les neuf ans par écorçage.

Cependant, la production stagne ou est en baisse, et ce à cause de plusieurs facteurs: les investissements dans les plantations prennent du temps pour être rentables; le changement climatique et les sécheresses et incendies qu'il entraîne mettent à mal la culture du liège et l'utilisation des terres voisines; les plantations d'eucalyptus sont préférées aux nouvelles plantations de liège; l'expansion agricole; et dans un cas précis, l’empiétement d’un parc solaire. Simultanément, la demande augmente à mesure que de nouvelles industries prennent conscience du potentiel du liège. La pression est donc bien réelle pour accélérer l'ensemble du processus.

Les producteurs de liège testent de nouvelles techniques de plantation, dans lesquelles les arbres arrivent rapidement à maturité et où l’écorçage est prévu après seulement 8 à 10ans. Ces monocultures sont cependant dépourvues de la biodiversité et des traditions humaines du système montado. Elles nécessitent également une irrigation constante jusqu’à ce que les arbres arrivent à maturité.

Cette difficulté nous rappelle que la transition vers une industrie de la construction plus durable peut rarement se faire par une solution basée sur un produit, mais nécessite un changement d'attitude à l'égard des ressources. Ce qui fait l'unanimité, c'est qu’une consommation consciencieuse commence par l'optimisation de nos biens immobiliers existant, en favorisant la réutilisation des matériaux déjà obtenus et produits, qu'ils soient biologiques ou non. Plutôt que d'accélérer le cycle de production, celui du liège en l'occurrence, il est nécessaire de prolonger la durée de vie d'utilisation des ressources. Parallèlement, la question de la disponibilité des terres pour les plantations de liège (surtout par rapport à l'eucalyptus) doit être abordée de front et être traitée par des réglementations.

La bonne nouvelle, c’est que le liège est très durable et réutilisable. Cependant, en raison des contraintes écologiques intrinsèques et des soins requis pour la production du liège, celui-ci doit toujours être considéré comme une ressource précieuse et traité comme tel, avec un usage frugal et une réutilisation continue. Pour garantir la santé de l'ensemble de l'écosystème, des bonnes conditions de travail et des cultures humaines doivent être pratiquées et d’autres espèces doivent être cultivées aux côtés des chênes-lièges.

Un objet insolite résume inopinément le dilemme de la circularité, de la durabilité, de l'intensification et de la protection des écosystèmes au pays du liège. Les arbres au sol et leurs troncs creusés au fil des décennies offrent au rare lynx ibérique une tanière idéale pour mettre bas et élever ses petits. Mais ces abris naturels sont de plus en plus difficiles à trouver, et les forêts portugaises étant confrontées à une multitude de menaces, l'habitat du lynx est précaire. C’est pourquoi, il y a 10ans, la Liga Para a Protecção da Natureza a lancé un programme visant à fabriquer des abris artificiels pour lynx et à les insérer dans certaines forêts. Et ces abris sont faits d'une armature en fer recouverte de... liège.

Cette recherche est présentée sous la forme d'un documentaire qui sera proposé à la Triennale d'architecture de Lisbonne dans une tanière artificielle de lynx en liège.

Un montado traditionnel, choisi pour représenter le Portugal pour la collection de timbres du patrimoine mondial européen, 2011. La récolte du liège fait partie intégrante de la culture et de l’identité portugaise, ainsi que de son panorama.

Liste des crédits:

Diploma 18 / Architectural Association: James Westcott, Aude-Line Duliere, Amaya Hernandez, Nena Aru

Rotor : Arne Vande Capelle

Avec le soutien scientifique de la Liga Para Protecção da Natureza (Rita Martins, Jorge Palmeirim), Dr. Harriet Allen et Dr. Elisa Dierickx

Liste étendue des crédits:

Documentaire par James Westcott avec la contribution d’Aude-Line Duliere et Arne Vande Capelle. Édité par Nena Aru & Amaya Hernandez.

Produit avec le soutien de Wallonie-Bruxelles Architectures(WBA) et Wallonie-Bruxelles International - Lisbonne(WBI)

Tourné à/ entrevues avec:

Campanhia das Lezírias / Rui Alves

Herdade da Lavandinha / António Freitas

Herdade da Venda Nova / Nuno Oliveira

Quinta da Moenda / Samuel Vieira

Tapada Nacional de Mafra / Margarida Gago

Liga Para a Protecção da Natureza / Rita Martins, Jorge Palmeirim

***

Remerciements: Pedro Aguilar Vieira(Quinta da Moenda), Rafael Alves da Rocha(Amorim), Leonie Dekoning, Dr. Elisa Dierickx, Cristina Marques(Tapada Nacional de Mafra), Jan-Emmanuel De Neve, Ben Ibbotson et Joel Newman(Architectural Association AV), Nathalie Brison et Selda Cinal(WBA).



Newsletter

s'inscrire

Historique de nos newsletters

WBA

Place Sainctelette 2
1080 B - Bruxelles


T +32 2 421 83 72
contact@wbarchitectures.be

back to top
Concept & Design : Salutpublic | Développement : Bien à vous